Image (texte complet 1)

Collection : Réitérations
Volume 1 : IMAGE
Christian Lemoine


L’ingratitude humaine

Bien des littérateurs
Ont cité en exemple :
Fidélité du cœur
Honorée en son temple,
Et fabuleux courage
Qui ne sait de repos
Que fini son ouvrage,
Accompli au flambeau…

Seules, les qualités
Sont placées en exergue,
– Reconnus les bienfaits,
Drapeau sur haute vergue – :
Sans doute, on ne saurait
Glorifier quelque vice,
Sauf s’il s’est pardonné
D’incessants sacrifices… !

Bien des littérateurs
Ont accepté la force,
– Tel le torréfacteur
D’un café qui se corse –
Sanctifiant les combats,
Les guerriers, leurs victoires :
C’est ainsi que les lois
Se togent de dérisoire… !

Seuls, les puissants héros
Sont établis illustres :
La mort est sans défaut
Portée aux lâches, aux rustres…
Sans doute, on ne saurait
Donner page d’histoire,
Et offrir renommée
A quelque homme sans gloire… !

Bien des littérateurs
Ont donné, à mémoire,
L’esprit de ces chercheurs
Qui se sont fait devoir
De découvrir, derrière
Ces affiches d’apparence,
Le rayon de lumière
D’où naît toute espérance…

Seuls les gens de grand bien
Ont droit à leur pinacle :
A ceux qui ne font rien,
Honneur se fait obstacle :
Sans doute, on ne saurait
Eriger de statue,
Devant l’éternité,
Aux hommes sans vertu… !

Bien des littérateurs
Ont clamé le travail,
Noble et belle valeur
Sans butin, sans médaille,
Dont le bien savoir-faire
Est la seule promesse,
Dont l’art et la manière
Tiennent lieu de prouesses…

Seul, l’être d’exception
Est habillé de rimes,
Le poète a raison,
Célébrant l’anonyme :
Sans doute, on ne saurait
Chanter de voix ardente
Que l’homme chapeauté
Par des fées bienveillantes… !

Bien des littérateurs,
Malgré leurs belles phrases,
– Marquées d’emphase, ampleur,
Et passions qui embrasent -,
Oublient toujours trop vite
Que coule, dans les veines
Des peuples émérites,
L’ingratitude humaine…

Depuis l’Antiquité,
Chacun tremble de peur
De vivre ou d’exister,
Ou de manquer son heure…
Sans doute, on ne saurait
Justifier Son Enfer :
L’homme ne sait marcher
Sans marcher sur ses pères… !

Pauvres littérateurs,
Quelle vision obscure :
N’est-il d’hommes d’honneur
Qu’en La Littérature… ?!

Paris, le 14 Juillet 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut